dimanche 14 mars 2010

A la force du poignet (semaine des femmes 1)


Aux Etats-Unis, tout est plus grand, plus beau, plus fort, m'avait-on dit. Féministe devant l'éternel, j'ai ainsi décidé de consacrer non pas une ridicule journée aux femmes comme tout blogueur qui se respecte, mais une pleine semaine à nos valeureuses Américaines et leurs variantes. Dont acte de suite.

Amateurs de combats de catch féminins dans la boue (et de sa variante, le catch dans la Jello), réjouissez-vous : les femmes se mettent au bras-de-fer.

Des dizaines de clubs se créent dans le pays depuis trois ans. Demoiselles, dames, mères de 20 à 50 ans plient le coude de leur adversaire dans la bonne humeur.

Mais pas de course aux stéroïdes dans l'air pour autant. Ces clubs ne sont pas l'antichambre des championnats du monde de la gonflette. L'ambiance est très kermesse avec déguisements et surnoms héroïques à la clé (de bras, of course).

Prenons Charlottesville, patrie de Jefferson et sérieuse cité de Virginie. Eh bien, le concours organisé par le CLAW (Charlottesville Lady Arm Wrestlers) a accueilli 700 spectateurs pour sa dernière édition. L'argent des inscriptions a été donné à des oeuvres de charité.

Jennifer Hoyt Tidwell, la créatrice de ce club décalé, est par ailleurs l'auteur de cette vidéo sur l'open space.


Pour célébrer la femme dans toute sa splendeur et en musique, ne manquez pas Belle comme une AK 47.


Et la liste des "femmes de lettres"
- Evelyne Hanska (correspondante de Balzac)
- Mlle de Rousset (corespondante du marquis de Sade qui a dit d'elle : "Je veux briser des lances pour apprendre aux quatre coins de l’univers que ma petite bête est de toutes les petites bêtes femelles respirantes entre les deux pôles, celle qui écrit le mieux et qui est la plus aimable")
- Anna de Noailles (amie de Marcel Proust)

(Maintenant, à vous de jouer)

8 commentaires:

Montana a dit…

Quelques femmes de lettres :

Elise selon L V Beethoven
France selon Polnareff (oui, ben, on va dire que)
Ménécée selon Epicure :

http://pedagogie.ac-toulouse.fr/philosophie/textes/epicuremenecee.htm

plumevive a dit…

moi !

rrooo, bon ça va, je sors, pppfff....

Homéo a dit…

Pourquoi dans ta liste des femmes de lettres, celles-ci sont associés à un homme , une femme doit obligatoirement être associé à un homme pour être une femme de lettre ?
Bon alors je dis :
Simone de Beauvoir.

Yibus a dit…

@ Montana : merci pour la réfèrence. Je relirai cette belle et sage lettre dont je retiens pour l'instant : "bien vivre et bien mourir constituent un seul et même exercice".

@ Plume vive : je me disais bien que j'avais oublié quelqu'une... Allez, tu peux nous lâcher quelques lignes d'une de tes célèbres lettres ?

@ Homéo : depuis le temps que tu me connais, un peu de provocation ne fait jamais de mal...
Ah oui, la correspondance de Simone avec son amant américain Nelson Algren...

nathinphoenix a dit…

Ah le feminisme americain... bon j'arrete je vais encore m'enerver !

La comtesse de Segur, nee Rostopchine, qui m'a donne le gout de lire. Byyyyyyye...

Yibus a dit…

@ Nath : énerve-toi, raconte le féminisme américain (limite, fais un billet). Ca m'intéresse.

Homéo a dit…

ohhhmais tu m'agaces !!
Colette comme ça on pourra pas dire qu'elle écrivait pour ou à un homme enfin pas que....

Yibus a dit…

@ homéo : bon, c'est pas pour te gêner dans ton déménagement mais Colette, je crois qu'elle écrivait pour ses chats. Avant tout. (En tout cas, c'est pas elle qui aurait dit : "sauvez Willy!").